Déontonlogie



L'inscription au Barreau et la prestation de serment imposent à l'avocat le respect de règles déontologiques strictes, sous la surveillance du Bâtonnier et du Conseil de l'Ordre.
Vous pouvez télécharger le code de déontologie de l’avocat depuis le site avocats.be, dans sa dernière mise à jour. Rendez-vous sur cette page et téléchargez le code de déontologie au format électronique.
 
En tout état de cause, les rapports qu'entretiennent les avocats avec les tiers s'articulent autour de trois principes fondamentaux : le secret professionnel, l'indépendance et la loyauté.
 

Le secret professionel – pierre angulaire de la profession

L'avocat ne peut divulguer, ni être contraint de divulguer, les informations confiées par ses clients. De la même manière, la correspondance avec le client ou entre avocats est confidentielle de telle sorte que mises à part certaines exceptions limitées, elle ne peut être produite en justice. Ce principe garantit la liberté des échanges avec le client et permet de favoriser la réussite d'une négociation entre parties.
 

L'indépendance

Le devoir d'indépendance impose à l'avocat de conseiller et de défendre librement son client, sans se laisser guider par un autre souci que celui de l'intérêt légitime de celui-ci et de la justice.
Cette garantie assure au justiciable que l'intervention de l'avocat ne sera jamais influencée par un intérêt personnel ou une influence extérieure. L'indépendance est une condition fondamentale à l'accomplissement de la mission de l'avocat. Elle fonde la confiance qui est à la base de la relation avec le client.
L’indépendance permet à l’avocat de s’exprimer sans contrainte devant les tribunaux et lui donne le droit d’accepter ou de refuser une cause en conscience.  
 

La loyauté

Elle impose à l'avocat d'agir, tant à l'égard des autorités judiciaires que de ses confrères, de manière ouverte et loyale. L'avocat est tenu de s'abstenir de tout comportement susceptible de porter atteinte à l'honneur de sa profession.